Groupe LPCA

Évaluateurs immobiliers agréés
Depuis 1975

Évaluation 2016 des maisons unifamiliales au Québec

Publié par Groupe LPCA

MRC

L’année immobilière 2016 est terminée.

Que s’est-il passé au cours de cette période au Québec au niveau des maisons unifamiliales ?

 

La firme JLR a produit une étude: analyse du marché des ventes de maisons unifamiliales par MRC au Québec qui répond à cette question.

L’évaluation des maisons

Comme nous l’avons reporté régulièrement dans nos articles, l’année 2016 a été généralement une bonne année pour les propriétaire de maisons au Québec.

La hausse des prix a été relativement constant tout au long de l’année. Voici quelques articles à ce sujet:

Dans l’ensemble du territoire québécois, les prix ont légèrement augmenté, bien que certaines régions aient vu leurs prix augmenter de beaucoup.

Ainsi, le prix moyen a augmenté dans 68 MRC et dans 20 autres, il a diminué.

Les 5 endroits où les prix moyens sont les plus élevés sont Montréal et ses couronnes nord et sud:

  • Montréal: 410 000 $ en hausse de 4%
  • Longueuil: 318 000 $ en hausse de 3%
  • Laval: 305 000 $ en hausse de 2%
  • Thérèse-de-Blainville: 290 500 $ en hausse de 2 %
  • La Vallée-du-Richelieu: 290 000 $ en hausse de 4 %

Il n’y a pas que ces régions qui ont connu une hausse de leurs prix en 2016.

Ainsi, le prix moyen a augmenté de façon significative dans les MRC du Centre-du-Québec, de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’Outaouais.

Des exemples:

  • MRC Nicolet-Yamaska: hausse de 7 %
  • MRC Rouyn-Noranda: hausse de 9 %
  • MRC Pontiac: hausse de 18 %

Les principaux endroits où les prix sont bas, même inférieurs à 100 000 $, sont le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Quelques exemples:

  • MRC La Matapédia: 77 500 $ en baisse de 14 %
  • MRC Témiscouata: 82 00 $ en hausse de 14 %
  • MRC La Côte-de-Gaspé: 99 250 $ en baisse de 20 %

Pour consulter la carte interactive de toutes les régions du Québec

 

La conclusion de JLR

La reprise des ventes débutée en 2015 au centre du Québec s’est propagée à la majorité des régions du Québec.

Le facteur qui influencera cette reprise à long terme et qui est à surveiller est le facteur démographique.

Les variations de population d’une région à l’autre sont le principal facteur sur l’immobilier, de même que le vieillissement de la population.

À suivre en 2017…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *